jeudi 29 octobre 2009

Que vaut vraiment Wikipedia ?

En moins de neuf ans d'existence, l'encyclopédie en ligne Wikipedia est devenue l'un des sites les plus consultés au monde. Or, de nombreuses voix mettent en doute la fiabilité des informations contenues dans ses articles. Trop d'erreurs, trop de partialité. Pourtant, récemment, une revue en ligne vient de classer Wikipedia comme la meilleure encyclopédie du web. Alors que vaut vraiment le concurrent de Larousse et de l'Encyclopédie Universalis?

- "Où avez-vous trouvé ces informations ?" demande le professeur
- "Sur Wikipedia, monsieur" répond l'élève.
Wikipedia est aujourd'hui un site incontournable quand un étudiant prépare un exposé, et plus généralement, quand on lance une recherche sur Internet. C'est le 12e site web le plus consulté en France et le 6e au monde (source : Alexa). Il provoque souvent le désespoir des professeurs qui regrette le temps où leurs têtes blondes fouinaient dans les livres, dans les encyclopédies papier, bref dans des vraies sources. Il y a un peu deux attitudes face au mastodonte Wikipedia : les jeunes qui l'utilisent, les gens "sérieux" qui la méprisent. Pour le journaliste Pierre Assouline, Wikipedia est "un outil idéal pour la désinformation" pendant que l'écrivain Umberto Ecco la considère comme "l'exemple le plus clair de la faiblesse d'Internet" (source : Le Point). Wikipedia sent le souffre et ce n'est pas la dernière polémique qui va redorer son blason. En septembre, la fille adoptive des Chirac Anh Dao Traxel porte plainte pour diffamation car l'article qui lui ait consacré sur l'encyclopédie racontait entre autres qu'elle avait "abandonné ses enfants en les laissant à la charge de son premier mari, afin de profiter du nom et des avantages de son second mariage" (source : 01net). En réalité, une personne malveillante de son entourage avait introduit ces fausses informations dans l'article.

On en vient au principe qui fait à la fois le succès et la faiblesse de Wikipedia. Le contenu de l'encyclopédie est rédigé par tout Internaute. Vous ou moi, pouvons contribuer en créant de nouvel article, en complétant ou corrigeant les anciens. On appelle ça une encyclopédie collaborative. Puisque M. Tout le Monde peut apporter sa pierre à l'édifice, deux dérives naissent. Premièrement que le rédacteur ne maîtrise pas bien le sujet auquel il contribue et donc multiplie imprécisions, maladresses et erreurs. Deuxièmement qu'il instrumentalise l'encyclopédie. Combien sont tentés d'écrire un article sur un fait d'actualité et s'en servir comme tribune. Avant sa protection, l'article wikipédien sur Roman Polanski a permis à des Internautes de se répandre en insultes sur le réalisateur franco-polonais. L'excès peut agir dans l'autre sens. Combien de directeurs de communication sont tentés de compléter l'article sur leur entreprise par quelques éloges ? Combien d'inconnus sont tentés de créer un article consacré à leur personne sous prétexte qu'ils ont une notoriété locale ? Ces "wikitricheurs" sont parfois repérés par les autres Wikipediens et leurs contributions supprimées mais pas toujours.

Ces critiques sont parfaitement fondées mais elles ne doivent pas occulter les forces de Wikipedia. Première qualité : la richesse du contenu. La version francophone de Wikipedia propose plus de 860 000 articles. Pour comparaison, l'encyclopédie Universalis, souvent citée comme une référence, ne présentent que 30 000 sujets. Oui, c'est vrai, avouons-le, vous trouverez sur Wiki une page consacrée aussi bien à l'EPAD qu'à une participante à Secret Story 3. Mais entre une encyclopédie qui ne propose pas le sujet que je recherche et une autre qui me le propose (certes peut-être avec des erreurs et un parti-pris), je préfère la deuxième solution. Je disposerai au moins de pistes de travail ou d'un cadre général. D'autant plus que les articles sont assez riches. Comparez la page « Lisieux » chez Wikipedia et chez Larousse, un de ses principaux concurrents sur la Toile. Chez ce dernier, l'article s'étale sur… 11 lignes ; chez Wikipedia, il faudra mettre 20 feuilles dans votre imprimante pour imprimer l'ensemble du texte.

Deuxième force de Wikipedia, son actualisation permanente. Les Wikipédiens sont à l'affût de l'actualité et modifient en conséquence les articles encyclopédiques avec les informations fraîches. A ce jeu, l’Enyclopédie Universalis et Larousse tiennent bien la route. Par contre, Hachette Multimédia peine à rafraîchir son contenu. Pour cette dernière, Michael Jackson est né en 1958 à Gary dans l’Indiana mais n’est toujours pas mort. Il est vrai que les génies sont immortels. Au passage, notons que le personnage est présenté comme chanteur de rock. Les encyclopédies « institutionnelles » ne sont pas aussi à l’abri d’erreurs ou tout du moins d’imprécisions.

Je passe rapidement sur d’autres avantages bien connus de Wikipedia : sa gratuité, la réutilisation libre des textes, les liens hypertexte au sein même de l’article.

Reste toutefois les deux problèmes développés dans les premiers paragraphes : les informations erronées et insuffisamment neutres. Pour y remédier, Wikipedia compte sur la principe de la « sagesse des foules » (James Surowiecki). Autrement dit, plus une foule d’Internautes contribuent sur un article, plus il y a de chances que les erreurs soient éliminées et la neutralité garantie. Quid des articles peu consultés, souvent spécialisés. Dans ce cas, les foules se font très clairsemées. Il est courant que des articles soient le produit d’un seul rédacteur. D’où une crainte sur la fiabilité de leur contenu. En conséquence, Wikipedia insiste maintenant sur le sourçage des articles. Des notes de bas de page indiquent les références bibliographiques d’où proviennent les informations. Facultatif, cet effort est malheureusement rare et quand il est fait, la qualité des sources laisse parfois à désirer.

Le projet de Wikipedia fascine : créer une encyclopédie, somme de la connaissances de ses millions d’utilisateurs. Ce mode de fonctionnement garantit un contenu foisonnant et une réactivité à l’actualité. A mon avis, le talon d’Achille réside dans la diversité qualitative des contributeurs. Wikipedia souffre de la faible participation d’experts. Bien qu’on puisse y croiser quelques maîtres de conférences, les personnes qui ont le savoir ou la méthodologie scientifique ne contribuent généralement pas à l’encyclopédie en ligne. Pourquoi ? Peut-être par manque de temps ou par désintérêt pour une activité bénévole ? Peut-être surtout par déconsidération pour Wikipedia ? Le cercle vicieux est alors en marche : si les spécialistes en ont une mauvaise image, comment l’encyclopédie saura les attirer et les faire participer à son amélioration ?

Pour en savoir plus

* La révolution Wikipedia , Les encyclopédies vont-elles mourir ?, Mille et Une Nuits, 2007 (enquête par 5 étudiants sous la direction de Pierre Assouline sur Wikipedia)

* Marc Foglia, Wikipédia, média de la connaissance démocratique. Quand le citoyen lambda devient encyclopédiste, FYP éditions, 2008

* Le comparatif des encyclopédies en ligne par Clubic

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Foglia, pas Froglia.

Laurent a dit…

Merci !

DM a dit…

« Bien qu’on puisse y croiser quelques maîtres de conférences, les personnes qui ont le savoir ou la méthodologie scientifique ne contribuent généralement pas à l’encyclopédie en ligne. »

Mmh. Rien qu'en comptant les gens que je connais personnellement, je compte un professeur chargé de cours à l'École polytechnique (moi), un à l'École normale supérieure de Lyon, plusieurs maîtres de conférence, des chercheurs CNRS ou similaire, des doctorants, etc.

« Pourquoi ? Peut-être par manque de temps ou par désintérêt pour une activité bénévole ? »

Tout d'abord, il faut savoir que la rédaction d'articles d'encyclopédies « classiques » ou d'ouvrages universitaires est une activité quasi-bénévole, à l'exception des ouvrages de cours devenus des « classiques ». En effet, les éditeurs payent très peu au regard de la quantité de travail à fournir (dans le cas des ouvrages spécialisés, cela reflète en partie le fait qu'ils se vendent à un petit nombre d'exemplaires).

À la vérité, il ne s'agit pas de travail bénévole - car un universitaire est rémunéré entre autres pour faire de la diffusion des connaissances. Cependant, un universitaire ou un chercheur CNRS, surtout de nos jours, doit « valoriser » ce qu'il fait auprès d'instances d'évaluation. Il doit justifier de combien d'articles de recherche il a écrit, combien d'ouvrages, etc. La rédaction d'articles sur un site comme Wikipédia n'est sans doute pas facilement valorisable.

L'universitaire, pressé par le manque de temps (articles à rédiger, jurys de thèse et articles à relire, cours à préparer, responsabilités administratives, combats contre la bureaucratie...), doit donc souvent faire une sélection et privilégier les activités qui « rapporteront » en termes d'évaluation.

Il est clair que les doctorants et post-doc ont probablement plus de temps libre. :-)

Vous semblez cependant passer à côté d'un problème assez fondamental : celui des modes d'évaluation des « propositions de connaissance » (faute de terme plus adapté). Vous semblez privilégier le respect des « autorités ».

Je suis bien d'accord qu'il vaut mieux un article rédigé par quelqu'un qui connaît le sujet, et a suffisamment de recul sur celui-ci. C'est d'ailleurs pour cela que j'éprouve les plus vives réserves à l'égard de la presse. Cependant, il me semble qu'encourager l'évaluation d'un document uniquement au vu de la signature est intellectuellement dangereux.

Il m'arrive fréquemment d'être sollicité comme membre de comité de lecteur ou expert externe pour des comités, et je peux attester que ce n'est pas parce qu'un article scientifique est signé d'un professeur d'université (voire d'un titulaire de prix scientifique) qu'il est bien rédigé, bien étayé, etc. De fait, je suis bien placé pour savoir que les « autorités respectables » peuvent parfois faire du travail médiocre. J'ai également constaté que parfois, on était tenté d'accepter pour publication un article médiocre juste parce qu'il est co-signé d'une personne célèbre. C'est pour cela, entre autres, que dans certains domaines on évalue les articles « en aveugle » (sans connaître le nom des auteurs).

Cette évaluation d'une publication sur la seule base de ce qu'elle propose et non de la célébrité de ses signataires est, il me semble, une des bases saines sur lesquelles fonctionne le champ scientifique (ou, du moins, qu'il devrait fonctionner). Cela veut dire que chaque fait cité doit avoir une source traçable : soit on l'étaye par un raisonnement, et on explicite le raisonnement, soit on le reprend d'une autre publication, et on cite celle-ci, soit on l'obtient par une expérience, et on décrit celle-ci. Le flou, les « effets de manche » et les propos boursouflés et grandiloquents que l'on trouve ailleurs sont bannis.

Laurent a dit…

Merci DM d'enrichir un article insuffisamment long pour traiter de toutes les facettes de Wikipedia.

Bien sûr qu'être une autorité ne suffit pas pour rédiger un bon article mais avouez que ça facilite grandement les choses.

Quant à la nécessité de sourcer, je crois que Wikipedia est la seule encyclopédie à recommander le sourçage des inforamtions au sein même de l'article. C'est un très bon point.

DM a dit…

Être une grande autorité n'est pas forcément un point positif pour l'intelligibilité. Cf:
http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2009/11/07/Formes-quadratiques-et-encyclop%C3%A9dies

Il y a des autorités qui font des cours grand public particulièrement clairs et vivant (Gérard Berry, par exemple). D'autres font des conférences confuses ou qui supposent trop de prérequis (vous comprendrez que je ne veuille pas citer d'exemple en public).

À la limite, il vaut sans doute mieux un article par un enseignant du supérieur avec un spectre large d'enseignement qu'un article écrit par quelqu'un de très pointu, mais qui a perdu l'habitude de s'adresser à un auditoire généraliste.

Laurent a dit…

Pendant ma formation universitaire, j'ai malheureusement subi ce type de professeur : esprit destructuré, peu synthétique, non préparé à une vulgarisation de son savoir. Mais j'ose espérer que les cas sont minoritaires.

Je suis en tout cas ravi que des personnes de votre niveau contribuent à Wikipedia. Connaissant désormais votre nom, je suis même sûr que nous nous y sommes déjà croisés.

Alithia a dit…

"Bien qu’on puisse y croiser quelques maîtres de conférences, les personnes qui ont le savoir ou la méthodologie scientifique ne contribuent généralement pas à l’encyclopédie en ligne. Pourquoi ? Peut-être par manque de temps ou par désintérêt pour une activité bénévole ? Peut-être surtout par déconsidération pour Wikipedia ? "

Vous avez tout à fait raison , les deux causes surajoutées expliquent l'extrêmeme rareté des profs qui contribuent à wikipedia :

- le manque de temps bien entendu, mais pêut-être pas au sens où on se l'imagine ordinairement. C'est pour la principale raison qu'écrire sur wikipedia est une véritable épreuve et un perte de temps phénoménale comparée au travail que l'on peut faire tout seul (c'est bien pourquoi David Monniaux ne contribue pas, par exemple) car on est toujours contré par des ignorants à qui il faut tout expliquer, faire de véritables cours à n'en plus finir. Là où il faudrait quelquels jours par exemple, à un auteur pour écrire seul et tranquillement un article quelconque pour une encyclopédie, mais beaucoup moins, pour un article du niveau de wikipedia où quelques heures suffisentà qui connaît son sujet,
sur wikipedia il lui faudra des jours et des jours, voire des semaines, où il rencontrera des objections, contradictions et obligations de se plier au style wikipedia qui lui feront constamment refaire sz copie et viendront le contrer. Cela est vrai sur les articles qui s'y prêtent, direz-vous. Certes, sauf que tout est sujet à correction par des incompétents sur wikipedia. En vérité cela commence dès la biologie, au-delà des sciences exactes, -et même pas du reste, en physique et en maths on a le même phénomène- J'en ai donné des exemples sur mon blog, comment un chercheur au CNRS en physique et prof, bon pédagogue, se fait rectifier par un jeune informaticien qui n'y connaît rien avec l'aide d'un ingénieur.
Le prof ou chercheur sur wikipedia devra batailler, expliquer à des ignorants, subir d'être corrigé par eux, et finira par s'enfuir.

Alithia a dit…

J'ai donné ce genre d'exemples sur mon blog : témoignages, les incompétents jugent les plus compétents
- http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-temoignages-encore-sur-wikipedia-des-incompetents-bornes-investis-de-pouvoir-jugent-et-censurent-les-plus-competents-44331639.html

- Et pourquoi un prof ne peut écrire sur wikipedia http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-12851544.html

- Témoignage de wikipédien sur le fonctionnement de wikipedia
http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-33857694.html

- wikipedia le principe d'incompétence triomphe en sciences comme en Lettres
http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-le-principe-d-incompetence-a-wikipedia-triomphe-avec-l-ecriture-collective-en-sciences-comme-en-lettres-39365204.html

Il y a bien d'autres témoignages, bien d'autres exemples, et bien d'autres études.
Les raisons pour lesquelles wikipedia ne peut recruter ce genre de rédacteurs sont analysées, elles sont claires. Les profs et intellectuels n'ont pas leur place sur wikipedia ; ils y sont détestés, par David Monniaux le premier, et par la communauté tout entière, particulièrment anti-intellectualiste et relativiste. Ils ne croient pas à l'utilité des qualifications et de l'expérience et l'écrivent noir sur blanc, ce qu'ils conçoivent comme anti-élitisme donc bien.



J'ai aussi cherché -désespéremment- pour tenter de les recenser, les wikipédiens actifs qui seraient profs ou chercheurs ou étudiants en thèse. Le résultat est surprenant peut-être mais il n'y en a pas ou quasiment pas. Les rares inscrits qui correspondent à ces définitions ne contribuent pas aux articles, David Monniaux le premier, il l'écrit sur sa page utilisateur, (Sur Wikipédia, j'interviens principalement sur la Wikipédia anglophone.) ceux qu'il citent sont dans le même cas, inactifs, comme le 2°, ou ne s'occupent que de gérer wikipedia , le 3°. Les autres auxquels il fait allusion sont tous inactifs ou simplement inactifs dans leur spécialité.

Il est faux de prétendre que wikipedia est rédigée avec l'aide de nombreux profs , chercheurs, étudiants en thèse. Ceux-ci se comptent sur les doigts des mains.

Voir quelques explications et références :
1- ce que révèlent les statistiques de wikipedia
http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-13129238.html

2- wikipedia publication médiocre sans rédacteurs qualifiés
http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-23038935.html

3-les rédacteurs de wikipedia ne sont pas qualifiés -suite
http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-23188571.html


Voilà, quelques échantillons seulement pour vous donner la possibilité de vérifier quelques éléments, en m'excusant d'avoir été néanmoins beaucoup trop longue forcément, de ce fait.

Alithia a dit…

De sorte que, lorsque david Monniaux prétend que wikipedia est écrite apr de nombreux profs ou chercheurs (il en connaît 3 !)il dit une contre-vérité.

Il sait parfaitement bien que c'est inexact, non seulement en raison de mes articles épluchant les statistiques et la composition de wikipedia au regard des qualités de ses membres, mais parce qu'il dit lui-même qu'il n'a pas fait une étude exhaustive de cette composition dont wikipedia ne peut faire état car elle n'a pas d'enregistrement de ses membres selon leur qualité. Il faut donc faire soi-même l'enquête et l'étude.

En vérité les meilleurs articles de wikipedia sont rédigés par des gens de passage, extérieurs à la communauté, qui sont manifestement des profs ou chercheurs ou étudiants en thèse. Ceci du moins dans la mesure où ils parviennent à rédiger seuls un article et lorsque personne ne vient bousiller leur travail ni leur mettre des bâtons dans les roues.

Ils s'en vont à peine fini, sans laisser de traces (sous IP).

Sinon entrer dans les conflits de wikipedia est plus que pénible, voire insupportable et écrire dans ces conditions est insupportables.

Alithia a dit…

Permettez que je vous fasse humblement remarquer un sophisme dans l'argument de David Monniaux : il existe des gens fort savants mais mauvais pédagogues, donc leur science n'est pas un critère pour rédiger wikipedia / ou pour être capable d'expliquer avec pédagogie.

1- il existe des gens fort savants mais mauvais pédagogues :

La belle découverte ! nous avons tous été élèves, nous savons donc tous à quoi nous en tenir sur la diversité des qualités des profs à transmettre leur discipline.

Bon, une porte ouverte est enfoncée.

Difficilement contestable.

mais laisser entendre ensuite comme une conséquence qui s'ensuivrait

2- que leur science n'est pas un critère pour rédiger wikipedia / ou pour être capable d'expliquer avec pédagogie.

n'est pas un raisonnement valable.

car si un savant peut être mauvais pédagogue, en revanche un ignorant ou qq'un qui n'a pas la formation sera à coup sûr un mauvais pédagogue par insuffisance dans une discipline il ne pourra la transmettre.

Dans le 1° cas, savant peu pédagogue, on a affaire à une possibilité -parfois les gens savants ne savent pas s'expliquer ; par exemple, pour prendre un exemple au hasard, s'ils n'ont jamais réfléchi à ce qu'ils faisaient lorsqu'ils faisaient des maths, ils ne sauront pas expliquer ce que sont les maths-

dans le 2° cas, on a affaire à une nécessité : cela ne peut être autrement, on ne peut enseigner ce qu'on ignore.
Si on n'a pas étudié une discipline de manière approfondie on ne saura pas l'enseigner. Par exemple encore si on ignore la philosophie des sciences, l'épistémologie et l'histoire des sciences si on ne les a jamais étudiées, tout aussi savant que l'on soit dans une discipline scientifique, on ne saura pas les enseigner et qqchose manquera dans l'enseignement de cette discipline.
Irréfutable.

Donc le raisonnement de david Monniaux est faux, car il repose sur une faute logique.

Dire par conséquent que les gens savants, de manière générale, ne sont pas nécessaires à wikipedia, car certains d'entre eux sont mauvais pédagogues est un sophisme qui contient une 2° faute encore : quand on ne sait pas enseigner et qu'on est mauvais pédagogue, bien que formé dans une discipline, on n'est guère attiré par le projet d'écrire des articles à visée pédagogiques, comme le sont ceux d'une encyclopédie, puisque précisément on n'a pas la fibre pédagogique, ni le talent.

Mais qu'une encyclopédie ait besoin de gens qui écrivent sur les sujets qu'ils connaissent et qu'ils sachent de quoi ils parlent est tellement assuré et évident qu'il est en effet très difficile de justifier la thèse contraire, autremetn que par de faux raisonnements, reposant sur des fautes logiques, autrement appelés sophismes.

C'est précisément les sophismes wikipédiens que je relève, vous l'aurez compris.