samedi 30 avril 2016

Atelier d'écriture du 23 avril 2016




Ecrire un texte à partir d’un mot, d’une liste de mots que l’on aime- puis faire un texte à partir d’expression autour du corps.

Destin

Je crois beaucoup au destin
Celui qui fait ce que nous sommes
Celui qui trace notre chemin
Celui qui parfois nous assomme

Je pense que chacun à une place à prendre
Celle que l’on construit
Celle qui va surprendre
Celle qui parfois nous ennuie

J’aimerais avoir le choix
Celui qui ne sera pas manipulé
Celui qui guidera mes pas
Celui que parfois je regretterai

Je suis perdue dans une impasse
Croire à un certain destin ?
Choisir absolument sa place ?
Ou simplement attendre la fin ?

Tête
J’ai mal à la tête, d’être en tête à tête avec cette tête de mule qui n’en fait qu’à sa tête. J’en ai plein la tête de ses histoires, c’est un vrai casse-tête, je prends la poudre d’escampette. En croisant une tête à chapeau, je me rends compte que je n’ai pas le mien. Quelle tête en l’air ! Un jour j’oublierai ma tête.
B

Au creux de la vague
Vague d’écume
Vague à l’âme
Tsunami
Hokusaï
Pointe du Raz
Raz de Sein
Phares

Les phares sont plantés
Dans l’Océan
Solitaires.
A terre, ils sont notre envol pour l’ailleurs.
Sur mer, comme une  bouée, un amer.
Femmes qui attendent leurs pêcheurs
Filets, mâts, moteurs, gilets de sauvetage
Titanic
Boat people
Les «  perdus en mer par milliers.
Christophe Colomb et Cortez
Conquérants sanguina
C

TIC - TAC 
Oh, grand-mère
Dans ton bric à brac
Le temps s'égrène
Rempli de poèmes
Mais aussi de silences
Peuplés de tant d'absences
Le noir toujours le noir
Quelques rares traits de violet
Y sont quand même osés
Passent les jours
Dans les contours
De ta maison
Qui sent si bon
De ton jardin
Plein de chagrins
 Dormir sous ton gros édredon
De plumes et de dentelles
Lovée dans ce cocon
Que la nuit nous soit douce
Au son de cette pendule
Oh! Le chat gesticule
Allons, il faut se lever
Pour une autre journée.
  

                                          CE SOIR, J'AI LE COEUR GROS 
Samedi 23, 
Bonsoir mon cœur, 
Hier, j'ai mangé du chocolat, un peu de chocolat, beaucoup de chocolat, beaucoup trop de chocolat.
Aujourd'hui, j'ai mal au cœur.
Les tablettes défilent dans ma tête, jusqu'à la nausée, j'ai le cœur barbouillé.
Je n'ai pas su m'arrêter, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que le papier.
J'en pleure de fureur, et pourtant je ne l'ai pas fait à contre cœur.
J'en pleure, peut-être de colère, mais aussi car mon cœur d'artichaut s'épanche à tout propos.
Demain, c'est fini, je n'en mangerai plus, c'est fini, je n'en veux plus, je n'en achèterai plus.
Je me le dis, je me le redis, je ne l'écrirai plus sur ma liste de courses.
Je me le dis, et me l'apprend par cœur, jusqu'à l'écœurement.
Bien à toi de tout mon coeur.                                                               
                                                                            signé : TON COEUR !
H


TEMPETE : J’aime la tempête. J’aime les trombes d’eau qui se déversent du ciel. J’aime les coups de tonnerre. J’aime compter le temps qui sépare l’apparition de l’éclair du fracas du tonnerre. J’aime calculer à quelle distance est tombée la foudre. J’aime sortir pour être trempée par la pluie, poussée par le vent. J’aime la tempête à la montagne. J’aime la tempête à la mer. J’aime l’impression de pouvoir résister aux éléments.
Eté 1979 : Tempête dans la Manche. La course du Fastnet verra couler la majorité de ses bateaux. Trois jours d’enfer. Sur le Cipango, lignes de vie attachées, pas le temps d’avoir mal au cœur, murs d’eau à la proue et à la poupe, pratiquement sourds, pratiquement aveugles. L’équipage fait corps sans que les matelots amateurs puissent se rapprocher. Seul le capitaine est un marin aguerri. Trouver un port, une rade, un havre.
Sommes-nous le jour ? Sommes-nous la nuit ?
Combien de temps ?
Où ?
Pas le temps de se poser ces questions.
Puis Alderney (Aurigny)
La rade n’est plus un havre mais on peut quand même y mouiller. Certains bateaux ont été emportés par la force du vent et de l’eau. La rage de la mer déferle par-dessus le rempart qui protège la rade.
Trois jours sur ce bateau, ballotés. Trois jours trempés. Trois jours sans manger chaud. Trois jours sans dormir ou presque.
Et puis, le calme. Le téléphone en PCV pour rassurer les parents et les prévenir qu’on rentrera plus tard que prévu.
Et puis la fierté de l’inconscience : on est des héros d’avoir traversé cette tempête alors que les pros de la course se sont plantés.
J’aimais la tempête. J’aime toujours la tempête.


L’œil du Lynx s’est jeté par la fenêtre.
La Renarde lui a tapé dans l’œil.
Blessé, le Lynx dépose une main courante.
L’agent guette la Renarde par l’œil de bœuf, pas facile quand on a un œil qui dit merde à l’autre.
L’œil de biche de la Renarde essaye d’amadouer l’agent.
Mais celui-ci décoche un regard qui tue et lui met la main au collet.
Avant de repartir, l’agent jette un regard oblique et prend le Lynx la main dans le sac : il a profité de ce que l’agent détournait le regard pour voler les bijoux de la Renarde. Il se fait taper sur les doigts par l’agent.
La renarde pleure des larmes de crocodile en voyant la douleur du Lynx.
Celui-ci, malgré son regard dans le vague, perçoit la main baladeuse de la Renarde sur son museau.
Ils se regardent dans le blanc des yeux.
Coup de foudre.
Tout est bien qui finit bien. 
L

Aujourd’hui j’arrête de fumer
Aujourd’hui j’arrête de boire
Aujourd’hui j’arrête les gros mots
Aujourd’hui j’arrête je fais mon ménage
Aujourd’hui j’arrête je ramasse les crottes de chien dans le jardin
Aujourd’hui je remplis ma feuille d’impôt
Aujourd’hui je désherbe mon allée
Aujourd’hui je mange cinq fruits et légumes
Aujourd’hui je baisse mon taux de cholestérol
Aujourd’hui je trie mes déchets
Aujourd’hui je baisse mon bilan carbone
Aujourd’hui j’abandonne ma voiture diésel et j’achète un vélo
Aujourd’hui je range mon tiroir à couverts
Aujourd’hui j’arrête de me raconter des histoires
Aujourd’hui j’arrête la procrastination
Ou demain…

On avait pourtant les épaules larges mais là, on en avait plein le dos de cette tête à claques. Un bon coup de pied aux fesses lui aurait dégonflé les chevilles. Il voulait toujours vous en mettre plein les yeux, la bouche, le cœur et la langue bien pendue… Les bras vous en tombaient. On avait les yeux qui sortaient de la tête de voir qu’il l’avait si grosse- la tête. On s’en faisait de la bile avec ses ronds de jambe ! Et encore, il avait le cul bordé de nouilles, le joli cœur : on lui ouvrait toujours les bras, quand il nous tenait la jambe… Pourtant c’était pas toujours le pied ! Et maintenant, on avait une dent contre lui, il nous avait mis la tête à l’envers à force de vous rabattre les oreilles.
D

Nébuleux fantôme évanescent Alpes émeraude vert opale infini solaire universel étrange incompris lunaire rêves étreintes dune désert
Mes plus nébuleux souvenirs
Peuplant mes rêves
En des globules de particules
Où mes atomes de neurones
Rencontrent quelques axones
Egarés au fond de mon cerveau
Où l’infini de ma mémoire enfumée
De recueils livresques peuplent
Ma tête et mon cortex
De paysages de lune
Où la tranquillité s’alanguit
Sur une planète
Où l’homme solitaire évade ses pensées
En des paysages de dunes lunaires
Où des roses de sable ensablent
Mes artères neurophiles qui me servent de cerveau
Où dans mes idées évanescentes fleurissent
Des pensées multicolores couvertes
De crachin normand érodant les pétales
Me donnent des impressions étranges
Dans mon subconscient présent
Où des orchidées, fleurs du diable,
Font fleurir en moi des  cauchemars d’enfer
Dans un décor émeraude vert opale
Où des arbres brulés renaissent de leur cendre
Dans une odeur de thé rouge
Tiens après descendre, mon thé est prêt !!

Avoir la dent dure avec les autres
Car on vient de Cambridge
C’est présomptueux
Mais quand on vient de l’université de Cambridge
On veut garder son bridge, au moins.
Et si on joue au bridge
On ne veut pas perdre au bridge
Ça serait triste
Surtout si on vient de Cambridge
Mais je pense que le jeu n’en vaut pas la chandelle !
Comme me dirait une copine qui est morte, Adèle,
Avoir le doigt pointé sur les sculptures d’une église
Quand on vient de Los Angeles University
C’est déjà les reconnaître
Et enseigner l’architecture à ces enfants
C’est déjà faire des enfants des anges ailés
Qui pourront voler de leurs propres ailes
Pour transmettre à leurs enfants
Des connaissances architecturales
Même si certains râlent pendant les cours.
De toute façon la culture ne peut pas faire de mal.
M

Merveille lire rencontres imprévues sérénité découvertes partage fleurs et plantes éclosion de la nature joie famille

Coquelicots et autres mots que j’aime (Anne Sylvestre)
Sérénité, peut-être…état d’esprit…état de paix… de confiance qui rejaillit même dans la difficulté quand le choc opremier est atténué- état diffus et pourtant bien présent qui porte à croire que rien ne pourra détruire ce sentiment de paix et de joie profondes qui imprègne tous les événements de la vie.  Je dis tous les événements de la vie… mais il arrive que certains ressentiments réapparaissent, envahissent à nouveau notre esprit, provoquent en nous une nouvelle colère, une nouvelle tristesse et risquent de mettre à bas ce bel équilibre si patiemment construit. Alors il faut à nouveau rechercher l’apaisement et se dire que ce qui est passé n’existe plus même si les actes passés sont toujours présents dans notre vie.

J’ai retrouvé mon pied de biche, mais la biche est partie en courant, je la suis, je me tords le pied, je m’étale- Non, je ne prends pas mon pied. La biche se retourne et me fait un pied de nez. Mal apprise !!! Je vais te mettre mon pied… trop tard, elle est partie. Je m’assois au pied de l’arbre et je frotte mon gros orteil tout tordu. Le temps passe, je me remets sur mes pieds et je repars clopin-clopant. La route est longue, je cherche mon chemin je tourne en rond je perds pied et me revoilà à mon point de départ où je retrouve mon pied de biche mais la biche n’est plus là.
M

Dictaphone aphone plus rien
Avoir à l’œil œil de biche
Je me suis levée de bon pied, bon œil
Regard de braise, je ferai mienne
J’irai faire ma révolution le bras levé
Les doigts croisés, pour que ça devienne réalité
Assis entre deux chaises, ça me rend mal à l’aise, l’oreille tendue, j’entends les mots de ce tordu
Le pied qui se dérobe, et voilà que je dégringole
Coiffé comme un as de pique, ça fait plus authentique
J’en ai plein le dos, marre de ce boulot,
Il me casse les pieds, je crois que je vais le quitter
Du poids sur les épaules, ça fait tout drôle
Le nez au milieu de la figure, et aussi de la confiture
L’oreille qui siffle, pourvu que je ne prenne pas de gifle
Les hanches qui se balancent bienvenue dans la danse
D

Bloup bloup bloup fait la levure dans la farine, l’œuf, le beurre, le sucre
Brioche toute ronde tu gonfles petit à petit bien au chaud sous ton torchon
Glou glou glou fait le bidon appâté par l’odeur de la fleur d’oranger ajoutée bien au chaud sous la chemise petit à petit nourri de brioche croustillante moelleuse à l’intérieur, jaune comme la primevère au printemps avec ses petits trous-trous légers-légers
Bri bri bri oche tu me tentes
Bri bri bri oche tu me ventres
Bri bri bri oche je t’adore
Hoche hoche ma tête, groseille ou framboise
Hoche hoche j’acquiesce, je donne mon assentiment
Che che je laisse fondre dans ma bouche ta mie douce
Bri brioche volupté …et bourrelets assurés.

Deux dodos dos à dos broutillent paisiblement dans une forêt paradisiaque. Deux matelots débarqués fraichement sous les tropiques trop chauds mal nourris aux harengs saurs en manque de protéine animale sanguinolente observent les volatiles. Les dodos tranquilles se régalent et entre deux papayes se bécotent. Les matelots en ont  plein le dos ils dégainent leur couteaux et se précipitent sur les volatiles empotés qui ne bougent pas et même qui curieux sont épatés par ces nouveaux êtres animés et rayés. Ils sont assassinés sans sourciller. C’était les deux derniers dodos. Tout ça pour régaler deux pauvres marins. Les dodos désormais équipés de grandes ailes dans le dos façon anges du paradis volètent dans les cieux loin des humains carnassiers.
G

 D AM C S E E

samedi 23 avril 2016

Recettes pour un dimanche - 7 [nouvelle série]

MORUE À L' ORANGE
Recette présentée à la Télévision Française par Raymond OLIVER

   
Proportions : 500 gr. de morue - 8 cuillerées de tomates concassées - 4 cuillerées d'huile d'olive - 4 cuillerées à café de sucre en poudre - 8 gousses d'ail - 4 oranges - 2 citrons - poivre, thym, laurier, romarin.

Placez la morue, préalablement dessalée, dans une cocotte avec un peu d'eau froide ; ajoutez thym, laurier, romarin, poivre; mettez à feu doux et retirez dès que l'eau frémit.

Dans une casserole, découpez les zestes de quatre oranges en très fines lamelles ; faites blanchir quelques minutes, remplacez l'eau de cuisson par de l'eau froide, portez à ébullition et ajoutez deux cuillerées à café de sucre en poudre. Salez légèrement. Achevez alors de peler les oranges, recueillez-en le jus et les pulpes. Mettez-les de côté.

D'autre part, faites cuire à feu vif deux cuillerées à café de sucre en poudre. Le caramel une fois obtenu, ajoutez le jus des oranges et celui de deux citrons. Mélangez et conservez au chaud.

Retirez la morue de son jus de cuisson ; égouttez-la bien. Après avoir retiré les arêtes et la peau, effeuillez-la et versez les morceaux dans une casserole avec le caramel, les zestes d'orange et leur eau de cuisson, les quartiers d'oranges, ainsi qu'un peu d'eau de la cuisson de la morue. Maintenez au chaud.

Pelez les gousses d'ail, écrasez-les entre deux torchons et mettez-les dans une casserole avec de l'huile d'olive. Ajoutez les tomates concassées et un peu d'eau de cuisson de la morue ; poivrez et mélangez bien. Disposez les morceaux de morue sur un plat. Nappez avec la sauce. Répartissez zestes et quartiers d'oranges. La sauce tomate épaisse vous servira à faire un cordon tout autour de votre plat. Servez très chaud.

[Réf. : La Morue, sa pêche, son traitement, ses qualités alimentaires, culinaires et économiques / Illustrations de R. Mélissent. Sélection de recettes par Jacqueline Gérard....- Paris : Comité de propagande pour la consommation de la morue, (ca1962).- 61 p. : ill. en noir et en coul., carte, couv. cart. ill. en coul. ; 14 x 20 cm.]

samedi 2 avril 2016

Playlist retour du printemps

 Spring is music by TroughTheGlass / Deviantart


Joy - album Joy - "Empire" // Blick Bassy - album Ako - "Kiki" // G.nova - album Misen - "Misen san" // Joyce Jonathan, Vianney - une place pour moi - "Les filles d'aujourd'hui // Kellis - album Food - "Forever be" // Louis Chedid - album Louis Matthieu Joseph & Anna Chedid - "On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime F.O.R.T." // Hollie Cook - album Twice - "Looking for real love" // Dr Dre - album Compton - "Darkside Gone" // Madonna - album Rebel heart - "Ghosttown" // Captain Kid - album 67 songs - "We and I"


Bonne écoute à tous, nos CD sont disponibles dans les bacs de la Médiathèque

1er Observatoire de lecture d’albums à Lisieux




23 personnes présentes ce jeudi 31 mars 2016 pour ce premier observatoire lexovien. 

Des professionnels, une maman et surtout des bénévoles tous engagés dans la lecture publique sur le territoire lexovien et bas-normand ont réfléchi, échangé sur un observatoire qui leur correspondrait.
Elles ont évoqué leurs attentes : échanger sur les albums- partager des expériences – transmettre le goût de lire- réfléchir sur les réactions des enfants- comment l’enfant reçoit-il une histoire ? – se poser pour réfléchir au « message » du livre- est-ce qu’on peut tout lire ? – évoluer, s’améliorer dans la lecture. 

Gilles Moreau , formateur, œuvrant pour le développement de la lecture publique a posé des jalons dans ce travail qui débute : définition de l’album- des publics- des rencontres qui s’opèrent dans la lecture- de notre place de lecteur- de la réception des histoires par les publics et du dispositif mis en place pour que tout se passe le mieux possible. 

Pour cette première rencontre, peu d’albums ont été présentés.  
Carole nous invite à nous essayer à la lecture de «  J’ai deux mamies bien différentes » de  Monica Companys Album sur le handicap avec  une possibilité de signer le texte.
Laure Marie a apporté le livre fétiche de sa fille « Boris, on se calme » Livre marionnette de Nelly Lasserre et Andy Mansfield. L’objet est intéressant dans un collectif, le personnage joue un rôle. Livre de 2007 indisponible en librairie.
 Muriel nous a questionnés sur les livres « bon pour les bébés » en noir et blanc de Dedieu. Nous les avons beaucoup utilisé lors des journées petite enfance, y compris le texte d’Edmond Rostand « Un roc un pic… ». Ces livres marchent très, très  bien.

Les bibliothécaires avaient préparées des nouveautés, ci-dessous quelques références à explorer.
« Album(s) » Sophie Van der Linden. Editions de Facto.  (Lire au moins les premières pages)
« Alors, ça mord ? » Jean Gourounas L’atelier du poisson soluble
« Le caillou »  Dedieu
« L’après-midi d’une fée » André Bouchard  Seuil
« Une rivière »  Marc Martin Circonflexe
« Le chien-chien de mémère » Agnès de Lestrade et Chlotilde Delacroix  Sarbacane
« Kalil » Michaël Escoffier  Frimousse
« Yellow Yellow »  Frank Asch et Mark Alan Stamaty Acte sud
« Grododo » Michaël Escoffier Kris Di Giacomo chez Frimousse
« Le mot qui arrêta la guerre » Audrey Alwett et Elin Lee  Nobi Nobi
« Quand il pleut » Junko Nakamura Editions Memo
« Création » Bhajju Shyam et Gita Wolf Actes Sud
« Tempête »  Sandrine Bonini et Audrey Spiry  Sarbacane


Notre prochain rendez-vous : Vendredi 17 juin 9h30-12h à la Médiathèque de Lisieux Lintercom