dimanche 25 septembre 2016

Atelier d'écriture du 10 septembre 2016



Pour cet atelier, les consignes étaient les suivantes
Fermer les yeux et se mettre dans sa bulle. Faire une liste de 10 mots, verticalement et numérotés. Ecrire un poème de 5 vers en associant dans le premier vers le mot 1 et 10, dans le deuxième vers, le mot 2 et 9, et ainsi de suite…
A partir de l’exposition de l’artiste Yves Riguidel, choisir un tableau, le décrire puis le mettre en scène. Les participants ont souhaité avoir une photographie de l’œuvre choisie, désolée pour la qualité du cliché

Tendresse Souvenir Rassurant Chaud Amoureux Caresse Bienveillant Câlin Apaisant Respiration

J’aime entendre sa respiration dans nos moments de tendresse
Des souvenirs apaisants envahissent mon esprit avec délicatesse
J’aime ses câlins rassurants
Ces instants chauds et bienveillants
Les moindres caresses de mon amoureux me bercent : Nous sommes heureux…


Description du tableau choisi
Discrète,
Les cheveux cachant son visage
Blouse blanche, jean, baskets
Difficile de lui donner un âge

Mise en scène du tableau choisi
Elle n’a plus d’inspiration
Aurait-elle perdue sa passion ?
Elle tapote sur la table
Comme pour stopper les voies qui l’accablent
« Ta peinture n’intéresse personne ! »
« C’est un domaine d’hommes ! »

Soudain elle tape du poing
Relève ses cheveux, un pinceau à la main
Elle laisse voguer son esprit
Et peint jusqu’à la nuit

Au matin, endormie sur son vieux tabouret
Elle se réveille en sursaut juste avant de tomber
Quelque peu déboussolée, elle se relève
Encore à moitié dans ses rêves
Elle voit des pinceaux au sol
De la peinture jusque sur son col

Sur sa joue, une larme
Sur la table, son âme
B

douceur-couleur-famille-repos-cire-parquet-poele-tapisserie-piano0-lumière

La douceur1 de la lumière10
Donne au piano9 une jolie couleur2.
Les tapisseries8 de famille3
Ainsi que le poele7 ronronnant apportent le repos4
La cire5 fraichement appliquée fait briller le parquet6.
 
Autoportrait :
Miroir ou pas miroir ?
Enfant ou adulte ?
Autoportrait ou caricature ?
Couleur ou pas couleur ?
Un petit pas en arrière, un œil fermé : pas mal !


Rire ! J’aime rire. Quitte à rire de moi.
Tu m’as traité de gamin. Hé bien oui ! Et je n’ai pas l’intention de changer.
Je suis grand ? Je suis balaise ? Hé bien oui !
Mais mon cœur a entre 5 et 10 ans.
Deux petites couettes comme ma petite-fille.
Un œil bleu intransigeant comme un grand artiste.
Une moustache comme Salvador Dali.
Et voilà le pied de nez que je te fais. Et je sais que tu vas rire, de ton rire en cascade qui fait bondir mon cœur depuis tant d’années.
L

Dans la bulle :
Un incendie dans le ciel
Sur la mer, dans la mer
Plate. Je regarde intensément
Contemplation. Jouissance.
Je goûte chaque instant et je respire la vision qui se révèle en moi.


Description :

Dessin en noir sur papier blanc au fusain ( ?)
Une femme assise dans une posture décontractée, jambes allongées, pieds en appui sur un tabouret. Elle est en train de lire. Elle est jeune, visage attentif, cheveux libres autour du visage, une épaulette de sa robe tombe le long de son bras. Son dos est appuyé sur une chaise en paille.

Femme qui lit.
C’est beau, une femme qui lit. C’est beau, une femme qui écrit, qui peint, qui joue de la musique. Moment pour elle. Elle pense, elle réfléchit, elle donne des couleurs à la vie.
Dans une posture relâchée, confortablement installée, attentive à ce qu’elle est en train de faire. Rien d’autre ne compte que l’instant présent. Un lieu à soi. Une vie à soi. Un corps apaisé.
Virginia Woolf, Paula Becker, Emma Bovary, Anna Karénine, Barbara Hendrix, Isabelle Huppert. Femmes singulières.
Que lit-elle ? Peu importe, elle est dans cet instant où les mots défilent de ses yeux à son cerveau, de son cerveau à ses veines, de ses veines à son cerveau encore. Elle est émue, elle est en empathie, elle est en alerte.


Elle oubliera les mots, les lignes, et jusqu’au titre du livre. Resteront intacts ou diffuses les émotions, les frissons, l’ouverture d’elle-même au long des pages tournées.
C

Les mots   « le club de la petite crique »      O soleil, joie des corps !
                                                                      Club d’été, chaleur des cœurs !
                                                                      Bruissement de la mer, écho de la crique.
                                                                      Vagues en flux et reflux, et les amis ?
                                                                       Ecume blanche et bleu du ciel…

Un corps nu assis, (homme ou femme ?), enlace un violoncelle en s’appuyant sur lui.
La carnation du corps se fond avec la couleur de l’instrument : ils ne font qu’un !
Le visage, yeux baissés, est pensif, menton au creux de la main.
Qui soutient l’autre ?

          Histoire :          « lendemain de répétition »
Comme tous les vendredis, le groupe de jazz amateur s’est réuni chez Lucille, la seule à avoir un logement isolé dans la campagne et assez vaste pour tous les recevoir.
La répétition, comme d’habitude, s’est terminée au petit jour…
Il manquait à leur répertoire un morceau à créer pour leur prochain concert.
Max, le violoncelliste, butait sur quelques notes qui ne voulaient pas s’ordonner…
Le sommeil lui apporta la réponse. Au réveil, il quitta la pièce, l’enchevêtrement de corps à moitié nus, endormis pour s’isoler dans la grange avec son instrument : les notes résonnèrent…
NON ! Décidément cela n’allait pas !
La lassitude le reprit. Il s’ancra sur son violoncelle : inspiration es-tu là ?
Il ferma les yeux, la main caressa le bois, la douceur, chaleur bienfaisante : son esprit se réfugia près de Lucille…
D
 

Jeune fille nue assise / violoncelle dubitative
Une jeune fille, nue, assise, regardait avec perplexité un violoncelle. Elle releva la tête dès qu'elle eut entendu le policier entrer, et tenta de se cacher derrière l'instrument.
  • Qu'est-ce que c'est que ce cirque ? fulmina Rabutin. C'est vous qui nous avez appelés ? Vous croyez qu'on n'a que ça à faire ? Allez donc vous rhabiller, mademoiselle, ensuite vous allez m'expliquer ce que vous fabriquez ici dans cette tenue.
  • Je … je ne sais pas, monsieur, je ne me souviens de rien. Je me suis retrouvée ici sans savoir comment. Mes vêtements avaient disparu, ainsi que les cordes de mon violoncelle et mon archet. Je voudrais rentrer chez moi, monsieur. Aidez-moi, s'il vous plaît.
Rabutin se radoucit. Cette jeune fille n'avait pas l'air d'une délinquante. D'ailleurs, elle ne faisait rien de mal. Mais ce mystérieux coup de fil au commissariat plus tôt dans la soirée l'avait intrigué : « Il se passe quelque chose de louche au Conservatoire, avait énoncé une voix étouffée, il doit y avoir du grabuge ! » L'inspecteur était donc parti en trombe, mais n'avait rien remarqué en arrivant à part une porte entrebâillée. Il avait dégainé son arme de service, s'était introduit dans le bâtiment, et voilà, il se retrouvait dans un studio de musique avec une gamine et un violoncelle. Sans vêtements, sans corde, sans archet.
Rabutin poussa un gros soupir et se gratta la tête. Les enquêtes à la Sherlock Holmes, c'était pas son rayon. Le métier de flic, ça devenait vraiment n'importe quoi
D

Sourire soleil chaleur cœur toucher conversation proposition cercle feu joie

Ton sourire me met en joie- un feu soleil m’enflamme- la chaleur de nos deux corps cercle parfait- mon cœur te fait une proposition- te toucher ou te faire la conversation

Papier aquarelle bleu à gauche gris à droite visage calme petit sourire yeux fermés lumière sur le front cheveux blanc sur bleu gris qui coule pinceau qui fait une mèche frisée nez blanc dessus rouge au bout une narine barbe menton marron teeshirt
L’homme est là immobile. Sa poitrine ne bouge pas. Son souffle n’existe pas. Pas un de ses cheveux ne volète. Sa bouche est close. Ses yeux sont fermés. Autour de lui le silence n’existe pas. C’est un brouhaha continu de voix, de sonneries, de pas, de bourdonnements. L’homme dégage de la lumière. Sur son front, son menton, son nez, ses cheveux, du blanc immaculé. Il dort ou il est mort. Il est dressé parmi les passants. Seul son visage et le haut de son buste sont apparents. Soudain un souffle de vent l’anime. Un sourire pointe sur ses lèvres et dans ses yeux, mais les yeux peuvent-ils sourire quand ils sont fermés ?  La foule, soudain, s’arrête, regarde, s’interroge. L’homme ouvre les yeux qu’il a rieur et le doigt sur la bouche il invite les passants à faire silence. Chut !!!
G

Il faut s'y remettre! La rentrée approche et mon texte n'avance pas.
Cette montagne de livres à étudier et ce sujet qui me reste étranger...
Je lis la 4ème de couverture sans réussir à m'y plonger. L'encre de ces pages ne dit rien de l'ancre tatouée sur mon bras. Les rayons étriqués de cette bibliothèque m'asphyxient. Je déambule; j'en ai la nausée. Comment y trouver la liberté?
N




Dans ma petite bulle : 1 confiance faire un poème dont 1er vers avec mots 1 et 10
 vacances baignade danger préadolescents plaisir soleil sable goémon
10 couleurs Expérimenter la confiance, apprécier les couleurs
Les vacances ont déposé le goémon.
Sur le sable chaud et blanc baignade avec ferveur ;
Au retour, aux dangers du soleil, attention !
Les préadolescents, de l'eau et la liberté, savourent le plaisir.


1- Une contrebasse, rideau rouge, piano tourne le dos au groupe, trompette, violon, à droite au fond batterie, grosse caisse abandonnée, saxo de dos devant son pupitre, vibraphone abandonné, synthétiseur devant la porte, chaise abandonnée à côté de la grosse caisse, lampes industrielles au plafond.
Beaucoup de bleu et de gris, de marron, une trompette posée sur le piano, instruments à vent jaunes et gong.

2- Le groupe s'est réuni pour la dernière répétition, il doit se produire au festival de jazz de Blainville-Crevon. Il s'est regroupé dans la salle habituelle, un vrai capharnaüm ! Les instruments sont déposés tout autour de la pièce et en principe tout le monde est là. Je dis bien en principe, car moi, j'ai abandonné.
A la contrebasse, Pierre-Emmanuel, fan de son instrument et de jazz, toujours présent, il répond aussi aux demandes d'aides des copains. Pour transporter sa contrebasse, il prend toutes les précautions, en plus de sa housse, il la protège avec ce rideau rouge pour le transport en voiture.
Au piano, Jonas, (seul instrument qui reste surplace).Il est entré dans ce band pour suivre ses copains mais il joue aussi volontiers le répertoire classique. Il est un peu désordonné et perd souvent ses partitions. A l'inverse, aujourd'hui, il a pensé à rapporter la trompette que Jean-Claude avait oubliée chez lui lors d'une répétition en duo. Il tourne le dos aux autres mais ne vous y trompez pas, un petit miroir lui permet de suivre tous les musiciens.
Jean-Claude, justement, joue de la trompette et comme Pierre-Emmanuel est fan de jazz. Il participe à toutes les manifestations de la région et rien ne les lui ferait manquer.
Jules est au violon, il se prend un peu pour Stéfan Grappelli et aimerait bien que le groupe évolue vers le jazz manouche, il n'a pas encore réussi à convaincre mais on a le droit à ses impros dès qu'on baisse la garde !
A la batterie, Jean-Marie, déploie toute sa vitalité et ses morceaux de solo sont un vrai régal. Il se démène avec un enthousiasme !… Je peux vous dire qu'il est rincé à la fin des concerts.
Pour l'instant nous n'avons plus de préposé à la grosse caisse, Jean-Marie ne veut pas l’assurer, il dit qu'il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes.
Jérôme joue du saxo. C'est un vrai bonheur de l'écouter. Le saxo est un instrument très sensuel et tous les auditeurs sont sous le charme.
Et moi je jouais de cet instrument qui ressemble au xylophone mais de taille démesurée. Et comme chacun est responsable de son instrument et qui appartient à l'école de musique, il doit l'emporter avec lui, l'héberger chez lui et bien entendu en prendre soin. ça me posait de gros problèmes de le transporter dans ma toute petite voiture ; je devais ou démonter les sièges ou démonter l'instrument. A la maison il prenait la place d'un meuble au salon et les enfants et mon mari râlaient contre cet intrus qui prenait tant de place. Malgré le plaisir que me donnaient ses sonorités si claires, je l'ai abandonné et j'ai aussi quitté le groupe
.
E

Sur cette mer, le soleil rougeoit une dernière fois
Scène de solitude avec une très grande joie
Ombres et lumière surgies de mon esprit
Des songes maritimes me balancent, me mirant dans cette anse
Sur cette mer, tachées de rouge sang
Mon esprit encore en transe
m'invite à cette sainte errrance
Dans ce désert maritime
Rejoignant mon intime
La houle se déroule comme un parchemin
Débordant de son cadre marin
Où le peintre se sent seul en scène dans cette immensité mAjuscule
Devant cette œuvre, il est comme un petit mAnoeuvre
Manoeuvrant son pinceau dans ce monde liquide
Du vert émeraude où j'aime rôder
face à la mer, mA face la regardant de la Terre
comme un homme s'interrogeant sur l'Eternité,
Où des elfes sombrent dans la monstruosité
Des profondeurs abyssales marines salines.
M

C  S B

mardi 20 septembre 2016

Playlist pour une bonne rentrée

Photo : Study de Moyan Brenn / Flickr

Sly Johnson - album The mic Buddah - "EVRBDD" // Pauline Croze - album Bossa nova - "La rua madureira" // Souf - album Alchimie - "Mea culpa" // L.E.J - album En attendant l'album... - "Seine Saint-Denis style" // Puggy - album Colours - "Lonely town" // Bombay - Album Show your teeth - "Friendly fire" // The Seasons - album Pulp - "Apples" // Gli Incogniti & Amandine Beyer- album Un orage d'avril - "Canon de Pachelbel" // Lura - album Herança - "Maria di Lida" // Carlos Santana - Santana IV - "Sueños"



Bonne écoute à tous ! Nos CD sont disponibles dans les bacs de la médiathèque.

lundi 19 septembre 2016

Nice

Feu les victimes

Il y a cent ans la nuit,
chantait de ses bruits belliqueux
la chorégraphie ciblée d'obus éclatés
dans un ballet sublimement coloré
illuminant les rêves restant
de ses soldats isolés.

Aujourd'hui la nuit,
respirait de sa ville riante et animée
sa danse explosive
de paillettes blanches bleues rouges et dorées
recréant les rêves d'enfants 
de ses habitants regroupés.

          Sur le champ de bataille,
          Mais les armes, mais les fusées,
          Mais la folie, la haine et les défis,
          Devant les feux ils ont aimé
          Dessous le feu ils sont tombés.

Il y a cent ans le ciel,
taisait l'orage sanguinaire
sur les corps étouffés de terre
comme pour s'excuser
de les avoir un moment,
abandonnés.
Et le silence vacillant, pétrifié de brume
a tenté de fredonner
honteux de ne plus entendre
que la lourde grisaille
sur ces fantômes piétinés.

Aujourd'hui le ciel,
recouvrait de sa nuit magnifiée
les corps échoués sous les étoiles d'été
comme pour s'excuser, encore,
de les avoir un instant,
abandonnés.
Et la mer tremblante gonflée de larmes
a tenté de se retirer
honteuse de ne plus bercer
que le vent de la ruine
de ces passants désorientés.

          Sur la route des palmiers,
          de leurs pas foulant la plage
          Mais la vitesse, mais les chutes et puis soudain,
          Mais le drame, mais le chagrin,
          Sur leur tête roulait l'engin.
          Devant les feux ils ont aimé
          Dessous le feu ils sont tombés.

jeudi 15 septembre 2016

Les Handijeux Olympiques



Handicapé,
Hans dit qu'à pied, 
même sans les bras, même sur les tiges, il court plus vite.
Hans dit qu'en roues, 
dans un fauteuil ou à vélo il se sent libre.
Il dit que dans l'eau, 
il souffle il danse il est léger,
qu'en voile et kayak,
il glisse il vole sur son bateau ailé.
Hans dit dans la tête, 
il imagine il solutionne et il transforme,
et la transformation est au cœur de tout progrès.
Hans énergique 
dit qu'il est aigle et requin, jaguar et goéland.
Il dit qu'il s'adapte, 
et l'adaptation reste le propre de toute évolution,
alors Hans emporte l'humanité.
C'est au sommet, bien au-delà, 
avec ou sans les yeux, il dit qu'il voit qu'il sait viser,
alors il tire l'humanité.
De la flamme de l'Olympe il brûle son corps,
sans parler ni de maux ni de manques,
il brille de ce qui reste, plus que la perte et tel qu'il est.
Handicapé, entier, 
Hans est transcendant,
envies gagnées, 
Hans a triomphé.



jeudi 8 septembre 2016

Rouillan, dégage !




Déjà à l’arrivée des 3 tomes de Mémoires  de Jann[sic]-Marc Rouillan sur nos rayonnages, j’avais un peu sourcillé. Et puis je m’étais décrispée (là j’ai eu du mal), en considérant que Action directe avait occupé, tout en l’ensanglantant, le paysage politique français des années 70.


Aujourd’hui, il est en liberté conditionnelle, tant mieux pour lui !
Cette liberté, il a pu s’en servir pour louer le "courage"/la "détermination" des acteurs des massacres du 13 novembre sur Paris.
Aujourd’hui, il est jugé pour apologie du terrorisme, tant pis pour lui !
Sans doute est-il victime de  nostalgie, un mal résultant de l’impossible retour à son propre « courage » de jeunesse, quand il dézinguait du facho, du bourgeois et du puissant.

Il me brûle de dire que c’est  le courage de ces terroristes qui nous a conduits à l’état de droit, entamant sérieusement notre liberté actuelle... et à venir.

Alors mon action sera directe : ces trois tomes de mémoires, on les dégage de nos collections.


mercredi 31 août 2016

Rentrée des classes

Rencontres du troisième type dans le no man's land lexovien, entre la voie rapide et l'avenue Jean XXIII. Un paysage en pente pour un drôle de chemin d'écolier.
Trois vigiles sont postés dans un sens et dans l'autre et si l'on s'approche, on peut entendre des plaintes comme :
"-Ah, mon pauvre dos!" "-










"-Mais... je ne suis pas un âne!"










Ou encore
"-Freinez, ralentissez...!"









Chers écoliers, ne vous y fiez pas, les ânes repasseront, votre dos est déjà assez chargé de ce cartable pour compter, lire et mémoriser. Pas de trainards non plus, dépêchez-vous au contraire d'aller faire des miracles, multipliez, rêvez, dansez, créez et rendez vivant ce que vous voyez. Enfants du cosmos, explorez !

Bonne rentrée à tous.

Sous le parasol

Photo : Pescara, Summer 2011 de lorenzaccio / Flickr

The Magnetic North - album Prospect of Skelmersdale - "Bay of Skaill" // theo Angelopoulos - BO du film The weeping meadow // Naâman - album Rays of resistance - "Karma" // James Blake - album Overgrown - "Life round here"// Ibrahim Maalouf - album Red & black light - "Run the world (girls)" // Coldplay - album A head full of dreams - "A head full of dreams" // Willy William - album Une seule vie - "On s'endort" // Sia - album This is acting - "Alive" // Kicca - album choose a color - "Sei tu my love // Keren Ann - album You're gonna get love - "Easy money" 




Bonne écoute à tous ! Nos CD sont disponibles dans les bacs de la médiathèque.