samedi 2 août 2008

Tsai Ming-Liang

Il existe quelques films que l'on peut revoir sans jamais se lasser ! Assez peu, soyons honnêtes, et dans des circonstances bien précises...
Pour moi c'est La Saveur de la pastèque ; les jours où il ne fait pas beau, les jours où j'ai trop chaud, ceux où je ne sais pas comment occuper mes heures...

La Saveur de la pastèque, donc !
Un film de Tsai Ming-Liang, réalisateur talentueux (je me modère, j'aurais bien dit "génial" ; peut-être plus loin dans l'article!), asiatique évidemment ; cinéaste de Taïwan pour être plus précise. Avec une filmographie impressionnante, un nombre de prix remportés qui en ferait verdir certains, et une "touche" particulière, que l'on aime ou que l'on déteste (pas d'entre deux), mais que l'on reconnait en deux minutes de film.

Né en Malaisie en 1957, il est diplômé de l'Université de Taïwan en cinéma, et a débuté sa carrière comme producteur de théâtre et réalisateur pour la télévision. Passé au cinéma au début des années 90, son deuxième film, Vive l' Amour, en 1994, lui vaut le Lion d' Or à Venise, et l'installe définitivement dans sa chaise de réalisateur.

Suivront six films, co-productions franco-taïwanaises.
Il faut dire tout de même que Tsai est un passionné de cinéma français, et particulièrement de François Truffaut, à qui il rend hommage dans chacun de ses longs métrages, plus ou moins ostensiblement, jusqu'à faire jouer Jean-Pierre Léaud, acteur fétiche de Truffaut ; ou comme son "maître", afficher une fidélité à l'un de ses acteurs, qui joue dans tous les films de Tsai Ming-Liang depuis le début des années 90, Lee Kang-sheng.

Les sept films du réalisateur sont tous traversés par les mêmes interrogations, thèmes récurrents, obsessions de l'auteur : la difficulté à être au monde, l'impossible communication, la solitude, le goût pour la marge, la folie qui affleure, l'expérimentation de soi dans l'expérimentation sexuelle, la fascination pour l'élément liquide. Et une seule question : de quoi, vraiment, est constituée l'âme ?
Esthétiquement, c'est du grand art ! (toujours pas placé "génial"...)
De longs plans fixes stylisés, des bandes sons incroyables, tout en bruit d'eau, une absence presque totale de dialogues, une importance accordée tant à ce qu'il filme qu'au hors-champ, voilà la "marque" Tsai Ming-Liang ; avec, en plus, un rejet ironique des notions de psychologie classiques... Du grand art, je vous dis !

Sa filmographie :

- 1992 : Les rebelles du dieu néon
- 1994 : Vive l'amour !
- 1997 : La rivière
- 1998 : The Hole

- 2001 : Et là-bas quelle heure est-il ? (mon préféré, mais qui ne se re-re-re-regarde pas...)
l'argumentaire pour celui-ci tient en quelques mots : imaginez que vous soyez vendeur de montres à Taipei, coincé dans le deuil d'un père, fou amoureux d'une fille partie à Paris à peine rencontrée, et un rien déjanté... Vous voilà donc en train de mettre toutes les horloges à l'heure parisienne, espérant que la belle là-bas... espérant quoi ??? allez savoir !
- 2003 : Bu San

- 2005 : La Saveur de la pastèque
Attention ce film est interdit au moins de 16 ans ! et pour cause !
Moitié comédie musicale, moitié film porno (oui juste moitié...) dans un Taipei écrasé de chaleur où l'eau minérale se fait rare et les pastèques précieuses... Un film incroyable. Un choc, une oeuvre qui me fascine.

- 2006 : I don't want to sleep alone.
Le dernier film de Tsai Ming-Liang, dans lequel il revient à ses thèmes de prédilection, et avec quelle maîtrise !
Deux histoires qui se mêlent (avec un acteur unique qui joue deux rôles, un dans chaque histoire), histoires d'amour, de corps qui se frôlent ou se ratent, histoires de déchéance et de résurrection, histoires de désir. A voir absolument, mais ne pas commencer par celui-là !

Tsai Ming-Liang, réalisateur génial !

Disponibles à la médiathèque :
- Vive l'amour, VHS TSA
- La saveur de la pastèque, Et là-bas quelle heure est-il ? (coffret 2 DVD), DVD TSA
- I don't want to sleep alone, DVD TSA

1 commentaire:

Nimzo a dit…

Qu'en est-il du mythe de Salomé sous le Louvre ?

En attendant de lire dans ces colonnes
une critique aussi passionnée
du film Visage de Tsai Ming-Liang,
voici quelques liens vers la bande-annonce
et le site officiel du film pour sa sortie à Taiwan.

En France, le film sortira le 4 novembre 2009.