mardi 5 février 2008

Cormac McCarthy, La Route

C'est à chaud (trop chaud peut-être) que je vous livre ici mon émotion à la lecture du livre de Cormac McCarthy, La Route.

J'avoue que je n'avais jamais lu cet auteur, présenté comme l'une des voix les plus entendue, chez lui, aux Etats-Unis.
J'avoue que la sortie, mercredi passé, du film des frères Coen No country for old men, tiré du livre de McCarthy, et la couverture médiatique qui l'accompagne ne doit pas être étrangère à ma soudaine envie de lire ce livre et que la critique qui en a été faite au Masque et la Plume m'a aussi largement incité.
L'univers de McCarthy m'est donc tout à fait étranger, et c'est sans apriori que je suis entrée dans cette histoire.

Quel choc !
Quelle écriture, et quelle ambition narrative !
Je ne reviens pas de ce voyage, de cette épopée à travers une Amérique post-Apocalypse, de mes compagnons de voyage, un père et son fils, l'Homme et le Petit.
Je ne reviens pas de cet univers dévasté, carbonisé, animalisé, et où, pourtant, aucun animal n'a survécu.
Je n'oublie pas les mots échangés entre le père et le fils, ni les regards, je n'oublie surtout pas tout ce qui n'a pas été dit.

Ce livre déroute, résiste, ne se laisse pas appréhender facilement.
L'écriture y est pour beaucoup ; sèche comme le monde qu'elle décrit ; puissante comme les forces en action dans cette épopée.
Je ne vous dirai rien de l'histoire, de l'intrigue.
Sachez seulement que l'on ne sort pas indemne de cette lecture, qu'elle touche une part enfouie, une part animale, que la plupart d'entre nous préfère occulter.
C'est le rôle des grands écrivains que de la rendre visible, discible, non pas acceptable, mais intelligible.
Cormac McCarthy est de ceux là.


7 commentaires:

Transhumain a dit…

Ne pas parler de l'intrigue ? Alors comment voulez-vous donner envie de le lire ?...
Tenez, j'en dis quelques mots ici : http://www.actusf.com/spip/article-5611.html
Bonne lecture.

Transhumain a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Transhumain a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Transhumain a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Vivian a dit…

Certains commentaires ont été supprimés car ils ont été postés plusieurs fois. Il ne s'agit pas d'un vilain acte de censure ;-)

Anonyme a dit…

Moi aussi j'avais entendu parler de La Route au masque et la plume et j'ai acheté ce livre sans a priori, comme toi Stéphanie je n'avais lu cet auteur avant : j'ai eu le coeur serré pendant tout le livre, une émotion que je n'avais jamais ressenti avant, à la lecture d'aucun livre : je ne sais pas d'où cela vient. Ce récit est tellement pathétique, c'est écrit avec une telle simplicité poignante avec ces petits dialogues si forts entre "le petit" et son papa. "Le petit" : ce terme pour désigner l'enfant est si déchirant... Je n'en suis pas remis, je n'oublierai jamais ce livre, il remue des choses fondamentales.

Anonyme a dit…

Je n'ai pas pu finir "la route".J'étouffais, j'avais froid, je pleurais en lisant. Je n'ai pas pu aller jusqu'au bout... même si j'en meurs d'envie....