jeudi 31 janvier 2008

La vraie recette des frites

« Prenons les choses dans l'ordre. Primo, qu'est-ce qu'une frite ? Secundo, qu'est-ce qu'une bonne frite ? Tertio, quand mange-t-on des frites ? Quarto, à quel âge peut-on commencer ?

Primo : la frite est une fille de la pomme de terre, tubercule ramené des Amériques par Christophe Colomb et toute la bande de la croisière s'amuse. C'est plus précisément un parallélépipède rectangle de section carrée taillée dans une pomme de terre de bonne taille. Une bonne frite est dorée et croustillante.

Secundo : une bonne frite doit être régulière, lavée plusieurs fois à l'eau, l'idéal étant de laisser tremper une demi-heure avant de l'éponger dans un linge propre. Le secret du succès réside dans la double cuisson. Une première dans la graisse de boeuf chaude qui doit atteindre 160 degrés pendant 6-7 minutes. Une seconde après égouttage de 10 minutes dans une graisse à 175 degrés.

Tertio : en général dans la seconde moitié de la journée, la frite s'envisageant sans problème dès le repas de midi, mais il n'y a aucune interdiction à en consommer dès la pointe du jour.

Quarto : dès la naissance, sur le territoire belge. »

Extrait du livre : Le Goût des Belges (vol. 1) par Eric Boschman et Nathalie Derny aux éditions Racine, 2006.- 159 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm.

« Le goût des belges ce sont 175 produits culinaires qui font partie de l’inconscient collectif des Belges : le filet américain, la sole, la Jupiler, les moules, la couque de Dinant, le sirop de Liège, le choco Kwatta, l’Orval, les chicons braisés, l’éclair au chocolat, le pain perdu, l’anguille au vert, le pain blanc, la babelutte, le Chocotoff, l’eau de Chaudfontaine, etc. Avec talent, humour et impertinence, Éric Boschman nous guide du nord au sud du pays à travers ses variétés gastronomiques. Richement illustré, truffé d’anecdotes et, parfois, de coups de gueules, Le goût des Belges est un ouvrage à savourer sans modération. » (article repris de Restoblog by Sensum).

Mais que seraient les frites si elles n'étaient servies, avec sauces, dans un cornet en papier et achetées dans une baraque à frites (Fritkot). Pour les vrais amateurs de ce patrimoine urbain (en péril) deux beaux livres à se procurer d'urgence :

Baraques à frites = Fritkot / Marina Cox & Marc Ots ; textes de Franz Bartelt ...- Bruxelles : Les Éditions de l'Octogone, 2002.- 95 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 31 cm.












Le Nord de la frite / Rémy Robert.- Bruxelles : Editions Robert, 2007.- 160 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 14 x 24 cm.

Enfin l'ouvrage de référence, malheureusement épuisé, reste par sa portée intellectuelle :

Le fritisme : frites, tribalisme et identité / Yves Le Manach.- Quimperlé : La Digitale ; Bruxelles : Artichauds de Bruxelles, 2004.- 61 p. : couv. ill. ; 21 cm.


Bien sûr aucun de ces livres n'est disponible à la Médiathèque. Mais que fait la police !

P.S. : On s'inquiète Outre-Quiévrain du sort du fritkot de la place Flagey, vous pouvez signer la pétition !

2 commentaires:

Stéphanie a dit…

L'honneur sera bientot sauf... n'appelez pas la police... nous nous engageons à acheter "Le goût des belges" dans notre prochaine commande.
En contrepartie, il faudra vous essayer à l'une des recettes de frites, et nous faire goûter!!!
Qui cherche, trouve...

Olivier Bogros a dit…

Avis aux amateurs : La tribune de Bruxelles publie un dossier spécial Fritkot "in" Bruxelles, avec un très bon comparatif qui permet une belle balade dans cette ville, très chère à mon coeur.

http://www.tbx.be/fr/Dossier/187/app.rvb